Psoriasis

À propos du psoriasis

Si vous ou un de vos proches est atteint de psoriasis, cette section consacrée aux médicaments et traitements parallèles vous intéressera. Plus particulièrement, on y souligne l’importance d’un réseau de soutien et on y fournit des conseils pratiques pour faciliter le quotidien des personnes atteintes.

Qu’est-ce que le psoriasis?

Haut

Le psoriasis est une maladie caractérisée par une croissance trop rapide des cellules de la peau. Il cause des lésions cutanées ou des plaques (dépôt de peaux mortes) qui peuvent être rugueuses, sèches et épaisses à mesure que les peaux mortes s’accumulent. Ces plaques rouges et irritées présentent des squames argentées et une bordure délimitant clairement la plaque de la peau normale. Parfois, les lésions entraînent des démangeaisons, une sensation de brûlure ou des saignements. Les dépôts apparaissent le plus souvent sur les coudes, les genoux et le torse, mais ils peuvent survenir partout, y compris sur le cuir chevelu. Les ongles des doigts et des orteils peuvent également être touchés – les ongles s’épaississent, se décollent de la peau ou sont piqués (de petits trous se forment dans les ongles).

Le psoriasis est une maladie chronique, ce qui signifie que dès qu’il s’installe, il risque de durer toute la vie. Bien qu’on ne sache pas encore ce qui déclenche le psoriasis ni comment le guérir, on en connaît les différents symptômes et on sait comment les traiter et comment la maladie évolue.

Quelle est la cause du psoriasis?

Haut

Le psoriasis n’est pas contagieux — on ne peut pas l’attraper d’une personne atteinte. Les lésions qui apparaissent sur votre peau sont dues à un système immunitaire hyperactif qui attaque par erreur les cellules saines de votre organisme. Les chercheurs ne savent pas encore pourquoi cela se produit, mais la nature du psoriasis le place dans la catégorie des « maladies auto-immunes ». En fait, le psoriasis est la maladie auto-immune la plus courante.

Les chercheurs étudient les causes possibles, notamment :

  • La génétique : certaines personnes ont des gènes qui les prédisposent au psoriasis. Néanmoins, le fait d’être porteur de ces gènes n’est pas suffisant pour que la maladie se développe.
  • Les événements déclencheurs : des facteurs externes sont généralement nécessaires pour déclencher le psoriasis.
  • Les facteurs déclenchants ne sont pas les mêmes pour tous, mais certains sont communs à bon nombre de personnes :
    • Stress;
    • Lésion ou blessure de la peau, comme des égratignures, des piqûres d’insectes, des coupures, des coups de soleil et des vaccins;
    • Prise de certains médicaments ou certaines infections, comme l’infection streptococcique de la gorge;
    • Tabagisme;
    • Consommation excessive d’alcool;
    • Temps froid.
  • Autres facteurs de risque : une personne qui fume, qui fait de l’embonpoint ou qui a un parent atteint de psoriasis est aussi exposée à un risque plus élevé de présenter la maladie.

Quelles sont les conséquences du psoriasis?

Haut

L’inflammation est un processus naturel que l’organisme utilise généralement pour se protéger contre un danger. L’inflammation provoque la douleur et l’enflure que vous ressentez quand :

  • vous vous cognez le genou
  • vous souffrez d’une infection à la gorge
  • vous vous brûlez la main en cuisinant
  • vous attrapez un coup de soleil
  • vous vous coupez avec du papier

Lorsqu’une région de la peau est touchée, elle devient rouge, enflée et douloureuse et est chaude au toucher. C’est ce qu’on appelle une inflammation.

Il faut de 28 à 30 jours pour qu’une cellule normale de la peau se forme dans la couche inférieure de votre peau, remonte à la surface et tombe sans que vous ne vous en rendiez compte. Lorsque le système immunitaire ne fonctionne pas bien et qu’il produit une inflammation dans une région de votre peau, les cellules deviennent matures et migrent vers la surface en seulement 3 à 4 jours. Les cellules de la peau n’ont donc pas le temps de tomber et s’accumulent, formant des plaques enflammées et écailleuses (squames) sur la peau.

On mesure la gravité du psoriasis en calculant le pourcentage de la surface corporelle atteinte. La paume de votre main sert généralement de point de référence équivalent à 1 % de la surface corporelle.

Psoriasis léger : moins de 5 % de la surface corporelle atteinte
Psoriasis modéré : de 5 à 10 % de la surface corporelle atteinte
Psoriasis grave : plus de 10 % de la surface corporelle atteinte

Cependant, la gravité du psoriasis peut également se mesurer par la façon dont la maladie influence votre qualité de vie. Par exemple, une légère atteinte d’une petite région des paumes de la main ou de la plante des pieds peut avoir des conséquences importantes sur votre vie.

Les symptômes du psoriasis ont tendance à changer avec le temps et ils diffèrent d’une personne à l’autre. Les personnes atteintes de psoriasis présentent souvent des épisodes très intenses, appelés « poussées », entrecoupés de périodes sans symptômes appelées « rémissions ». Les facteurs déclenchants, qui peuvent être à l’origine du psoriasis, aggravent souvent les symptômes ou entraînent une poussée après une période de rémission.

Si l’inflammation du psoriasis n’est pas traitée, il peut éventuellement se produire un épaississement de la peau, la formation de cicatrices, un défigurement et des infections bactériennes de la peau si on gratte ou touche les plaques. Heureusement, il y a de nombreuses façons de traiter le psoriasis et de prévenir les complications avant qu’elles ne surviennent.

Quelles parties du corps sont touchées?

Les plaques associées au psoriasis peuvent varier, allant de quelques taches de la taille d’une tête d’épingle à des éruptions majeures couvrant de grandes régions du corps.

Les plaques se trouvent plus fréquemment sur :

  • Les bras ou, souvent, juste sur les coudes;
  • Les jambes ou, souvent, juste sur les genoux;
  • La paume des mains ou la plante des pieds;
  • Les ongles;
  • Le cuir chevelu et le visage;
  • Le bas du dos;
  • Les fesses;
  • L’aine ou les organes génitaux;
  • Les plis du corps.

Y a-t-il d’autres complications?

Si vous êtes atteint de psoriasis, vous êtes exposé à un risque plus élevé de présenter d’autres maladies, comme :

  • l’arthrite psoriasique (de 10 à 30 % des personnes atteintes de psoriasis);
  • la dépression (environ un tiers des personnes atteintes de psoriasis);
  • l’anxiété;
  • la maladie de Crohn, un type de maladie inflammatoire de l’intestin;
  • le diabète;
  • l’hypertension;
  • les maladies cardiovasculaires.

Bon nombre de personnes atteintes de psoriasis sont également gênées de leur apparence physique, évitent les activités sociales et autres activités quotidiennes ainsi que les relations intimes avec leur partenaire.

Le soutien est primordial

Haut

Nous ne sommes pas faits pour vivre seuls. Encore moins lorsqu’on est atteint de psoriasis. Vos amis et votre famille peuvent vous aider, de même que les professionnels de la santé qui vous traitent. Vivre avec une maladie chronique peut vous amener à vous sentir isolé, particulièrement lorsque vous devez changer vos habitudes quotidiennes, voir de nombreux professionnels de la santé et apprendre des termes médicaux. Mais vous n’êtes pas obligé de vivre cela en solitaire.

Quand on est atteint de psoriasis, il est essentiel de maintenir une bonne communication avec sa famille, ses amis et ses collègues de travail. Si on ne leur parle pas ouvertement, ils n’auront aucune idée de ce qu’on vit réellement.

 

Voici quelques conseils utiles provenant de patients atteints de psoriasis :

  • Demandez à vos proches d’en apprendre davantage sur votre maladie. Ainsi, ils comprendront vos symptômes ou même vous accompagneront à vos rendez-vous. Ils peuvent lire ce site ou d’autres sites Web ou encore consulter des sources fiables, comme des bibliothèques ou la Fondation canadienne du psoriasis.
  • Dites-leur que vous avez besoin de leur soutien. Il peut s’agir simplement d’une oreille attentive quand vous avez besoin d’en parler. Expliquez-leur qu’avec les maladies inflammatoires, certains jours peuvent être plus difficiles.
  • Soyez toujours ouvert et honnête à propos de votre psoriasis. Ce n’est qu’ainsi que les gens pourront vous aider. S’il vous est déjà arrivé de dire à un ami ou à un membre de la famille « tu ne sais pas ce que c’est », c’est peut-être que vous ne leur avez jamais expliqué.

Lorsque nous arrêtons de faire les choses que nous aimons, notre humeur change, la douleur semble plus intense et il est plus difficile de se motiver. Il est essentiel de continuer à s’amuser dans la vie — faites-en une priorité absolue. C’est bon pour votre moral, vos relations et votre niveau d’énergie. Trouvez au moins une activité qui vous plaît — même une toute petite — que vous pouvez faire chaque semaine, sans y manquer, ainsi qu’une autre que vous pouvez faire chaque jour. Lorsqu’elles seront intégrées à votre quotidien, vous vous sentirez mieux et voudrez en faire plus.

Le psoriasis diffère d’un patient à l’autre et le traitement doit être adapté à chacun. Il est important de communiquer régulièrement à votre médecin vos progrès et les effets de votre traitement. Respectez quotidiennent les consignes de traitement chaque jour, car il peut s’écouler un certain temps avant que le médicament agisse. Si vous sentez qu’il y a un problème avec votre traitement ou que vous présentez des effets secondaires, contactez immédiatement votre médecin pour essayer d’autres traitements. N’hésitez pas à poser des questions et à participer aux décisions qui concernent votre santé. Surtout, rappelez-vous que plusieurs solutions s’offrent à vous et que si l’une d’entre elles s’avère inefficace, la suivante pourrait bien être la bonne.

Des solutions au quotidien

Haut

Si vous êtes atteint de psoriasis, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire. Les soins apaisants pour la peau, une saine alimentation et les techniques de relaxation jouent un rôle important dans le maintien d’une peau saine. Demandez conseil à votre professionnel de la santé. Bien qu’il n’existe pas encore de remède pour guérir le psoriasis, un mode de vie sain favorise certainement une bonne santé générale.

Des soins appropriés de la peau vous aideront à maîtriser certains symptômes du psoriasis. Pour soulager votre peau :

  • Exposez-vous un peu au soleil : généralement, une exposition modérée au soleil aide à ralentir la croissance des cellules de la peau. Cependant, trop de soleil peut endommager votre peau, alors utilisez toujours une crème solaire. Sachez que dans de rares cas, l’exposition au rayonnement ultraviolet peut aggraver certaines formes de psoriasis.
  • Contrôlez l’humidité de l’air : utilisez un humidificateur pour prévenir la sécheresse qui peut aggraver le psoriasis, particulièrement pendant l’hiver.
  • Hydratez votre peau : appliquez des crèmes et des lotions contenant beurre de cacao, lanoline, gelée de pétrole, huile minérale légère ou huile pour bébés.
  • Évitez les produits qui irritent la peau : n’utilisez pas de savons forts ni de crèmes hydratantes qui renferment des parfums ou des produits chimiques.
  • Prenez un bain quotidiennement : nettoyer doucement votre peau tous les jours vous permet d’enlever les peaux mortes et de calmer l’inflammation.
  • Utilisez des crèmes médicamenteuses et des pommades : à la pharmacie, vous trouverez des produits en vente libre qui aident à réduire les démangeaisons et la desquamation. Pour le psoriasis du cuir chevelu, utilisez un shampoing médicamenteux. Suivez toujours le mode d’emploi et les conseils de votre médecin.

Si vous êtes atteint de psoriasis, vous avez tout avantage à maintenir un poids santé en surveillant votre alimentation. Cela vous aidera à réduire la gravité de votre psoriasis et peut minimiser votre risque de présenter des maladies connexes comme le diabète et des maladies cardiaques.

Repérez d’abord les facteurs qui déclenchent vos poussées ou aggravent vos symptômes, puis essayez de les éviter. Par exemple :

  • Restez en bonne santé pour résister aux infections;
  • Évitez de consommer de l’alcool. C’est un facteur déclenchant potentiel et cela peut diminuer l’efficacité de certains traitements contre le psoriasis;
  • Cessez de fumer;
  • Restez à l’écart des situations stressantes inutiles;
  • Évitez les activités ou les situations qui pourraient blesser votre peau;
  • Tenez un journal alimentaire. Bien que la science n’ait pas prouvé que certains aliments améliorent ou aggravent le psoriasis, vous pouvez voir si certains aliments ont un effet sur vos symptômes;
  • Évitez de vous exposer au soleil pendant de longues périodes afin de prévenir les coups de soleil.

Le stress peut augmenter la tension artérielle, vous empêcher de dormir et influencer l’intensité des symptômes du psoriasis. La première chose à faire est donc de repérer les facteurs de stress; ensuite, l’apprentissage de techniques de relaxation et le développement de stratégies d’adaptation vous permettront d’améliorer votre bien-être général et vous donneront davantage le sentiment de maîtriser votre psoriasis.

Les jours où vous vous sentez particulièrement gêné par rapport à votre apparence, portez des vêtements qui couvrent les régions touchées ou utilisez du maquillage ou une crème camouflante pour masquer la rougeur et les plaques. Toutefois, ne couvrez jamais les plaies ouvertes ou les lésions qui ne sont pas guéries, car cela pourrait irriter davantage la peau.

Solutions thérapeutiques complémentaires

Haut

Pour certaines personnes atteintes de psoriasis, des traitements d’appoints et des traitements parallèles — qui ne sont pas considérés comme faisant partie des remèdes traditionnels occidentaux — peuvent parfois s’avérer très efficaces pour soulager les symptômes. Informez-vous auprès de votre professionnel de la santé au sujet des autres traitements.

Les suppléments à base d’acides gras oméga-3 (huile de poisson) peuvent réduire l’inflammation associée au psoriasis. On croit que la vitamine E est également bénéfique pour la peau et les ongles. Demander conseil à votre professionnel de la santé.

Pour soulager les symptômes du psoriasis, certaines personnes ajoutent des traitements naturels à leur traitement médical, comme l’acupuncture, l’acupression, le massage ou la rétroaction biologique « Biofeedback » (avec ou sans hypnose). Discutez toujours de ces choix de traitement avec votre médecin et assurez-vous d’informer les thérapeutes de votre maladie afin d’éviter toute blessure.

Médicaments

Haut

Les médicaments pour traiter le psoriasis soulagent les symptômes et l’inflammation et arrêtent le cycle de surproduction des cellules de la peau. Votre médecin peut vous expliquer ce qui distingue les différents médicaments, leurs bienfaits et leurs effets secondaires. Vous essaierez probablement différents traitements ou association de traitements avant de trouver la meilleure façon d’obtenir un soulagement prolongé de vos symptômes.

Les corticostéroïdes topiques, que l’on applique directement sur la région touchée, sont les médicaments le plus souvent prescrits dans le traitement du psoriasis léger à modéré. Ils ralentissent le renouvellement des cellules, ce qui réduit l’inflammation et soulage les démangeaisons. Ils doivent être utilisés seulement pendant de courtes périodes, car l’utilisation prolongée ou excessive de corticostéroïdes puissants peut causer un amincissement de la peau et une résistance aux bienfaits du traitement.

 

De brèves expositions au soleil ou à des doses contrôlées de rayonnement ultraviolet B (UVB) provenant d’une source artificielle de lumière peuvent atténuer les symptômes du psoriasis léger à modéré. Pendant le traitement par rayonnement UVB, les symptômes du psoriasis peuvent s’aggraver de manière temporaire avant de s’atténuer. La photothérapie peut causer des effets secondaires de courte durée, comme la rougeur, des démangeaisons et la sécheresse de la peau. L’utilisation d’une crème hydratante peut réduire ces effets secondaires.

En combinant le rayonnement UVB à d’autres traitements, on peut augmenter considérablement l’efficacité du traitement, tout en réduisant les doses de médicaments.

Habituellement réservée aux patients atteints de psoriasis modéré à grave, la puvathérapie (photothérapie au psoralène et aux rayons ultraviolets A) peut être utilisée pour faire disparaître le psoriasis. La puvathérapie est un traitement associant un médicament sensible à la lumière et est efficace chez plus de 85 % des personnes présentant des lésions chroniques liées au psoriasis.

Les effets secondaires de courte durée de la puvathérapie comprennent les nausées, les maux de tête, les brûlures et les démangeaisons. Les effets secondaires de longue durée sont notamment la peau sèche et ridée, les taches de rousseur et un risque accru de cancer de la peau, y compris de mélanome, la forme la plus grave de cancer de la peau.

Si vous êtes atteints de psoriasis grave et que vous ne répondez pas aux autres traitements, votre médecin peut vous recommander l’utilisation d’un médicament de la famille des rétinoïdes. On ne sait pas exactement comment les rétinoïdes agissent, mais ils réduisent la production de cellules de la peau ainsi que la vitesse à laquelle elles croissent et meurent.

Les symptômes réapparaissent habituellement à l’arrêt du traitement par les rétinoïdes. Les effets secondaires courants sont la sécheresse de la peau et des muqueuses, des démangeaisons et la perte des cheveux. De plus, étant donné que les rétinoïdes peuvent entraîner de graves anomalies congénitales, les femmes doivent éviter de devenir enceintes pendant au moins 3 ans après la prise de ce médicament.

Les antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM) sont des médicaments que les médecins prescrivent souvent pour soulager l’inflammation cutanée et diminuer la production de cellules de la peau chez les personnes atteintes de psoriasis modéré à grave. Les ARMM peuvent prendre du temps - des semaines ou des mois parfois - avant de faire une différence pour ce qui est de vos symptômes. Pendant ce temps, votre médecin pourrait vous prescrire un médicament additionnel, comme un corticostéroïde topique, pour maîtriser les symptômes.

Les ARMM sont destinés à la prise en charge à long terme du psoriasis et peuvent être pris sans arrêt pendant des mois ou des années afin de maintenir une rémission.

Les effets secondaires des ARMM sont les nausées, la diarrhée, les dérangements d’estomac, les étourdissements, un risque accru d’infection et des problèmes au foie. Des analyses de sang doivent être réalisées régulièrement pour surveiller le taux de cellules sanguines et la fonction hépatique.

Les ARMM peuvent être pris seuls, mais ils sont parfois prescrits en association avec la photothérapie, d’autres ARMM ou des médicaments biologiques. Votre médecin vous recommandera le traitement qui vous convient le mieux selon votre type de psoriasis et son stade, ainsi que vos autres problèmes médicaux et médicaments.

 

Les modificateurs de la réponse biologique, ou médicaments biologiques en abrégé, sont des médicaments spécialement mis au point pour cibler le système immunitaire de votre organisme.

Comme les ARMM, les médicaments biologiques peuvent être utilisés pour ralentir la production des cellules de la peau et soulager la douleur et l’enflure causées par les plaques et les squames associées au psoriasis.

Les médicaments biologiques peuvent agir lentement. Certaines personnes ressentent les effets de la médication rapidement (dans l’espace d’une semaine), alors que pour d’autres, les effets se manifestent plus tard. Les médicaments biologiques sont souvent associés à d’autres médicaments pour traiter le psoriasis, comme les ARMM. On les prescrit également lorsque les autres traitements contre le psoriasis ne sont pas efficaces et dans les cas de psoriasis modéré à grave.

Les effets secondaires fréquemment observés avec les médicaments biologiques sont de légères réactions cutanées au point d’injection, des nausées, des douleurs abdominales et des maux de tête. Chez les personnes qui prennent des médicaments biologiques, on peut observer, quoique rarement, l’apparition d’infections graves, de réactions de pseudo-lupiques, de maladies du système nerveux ou de cancer. Vous ne devez pas prendre de médicaments biologiques si vous êtes enceinte, si vous allaitez ou si vous avez des antécédents de sclérose en plaques ou de cancer. Si vous avez des antécédents de tuberculose, d’hépatite B ou d’infections à répétition, signalez-le à votre médecin.

Il y a deux façons d’administrer les médicaments biologiques : par perfusion intraveineuse ou par injection sous-cutanée. Votre médecin peut vous renseigner et vous aider à choisir ce qui vous convient le mieux.

Comprendre les médicaments biologiques et biosimilaires

La plupart des gens connaissent les médicaments classiques, comme les analgésiques. Ces médicaments sont fabriqués à partir de substances chimiques (obtenues par synthèse chimique).

Certains d’entre vous ont probablement entendu parler des médicaments « biologiques » qui sont utilisés pour traiter des maladies graves, comme le cancer, les maladies inflammatoires de l’intestin, le psoriasis et la polyarthrite rhumatoïde. Les médicaments biologiques sont des médicaments spéciaux, conçus à l’aide de procédés biologiques dans des cellules vivantes.

Les médicaments classiques et les médicaments biologiques comportent des différences importantes.

 

Médicaments classiques Médicaments biologiques
Fabriqués à partir de substances chimiques Fabriqués à partir de cellules vivantes
Généralement de petites molécules Grosses molécules complexes

 

Historique des médicaments biologiques

  • Dans les années 1970 et 1980, des scientifiques se sont mis à insérer certains gènes dans des cellules vivantes pour fabriquer des protéines particulières, ou « produits biologiques », pouvant être utilisés comme traitements.
  • L’insuline humaine, utilisée pour traiter le diabète, est le premier médicament biologique.

C’est un fait connu qu’à l’expiration du brevet d’un médicament classique, d’autres entreprises peuvent produire des copies appelées « médicaments génériques ». Bien que l’ingrédient actif d’un médicament générique soit identique à celui du médicament classique d’origine, les ingrédients non médicinaux, comme les agents de remplissage et les colorants, peuvent être différents.

Lorsque le brevet d’un médicament biologique est échu, d’autres entreprises peuvent en produire des copies. Cependant, comme il est impossible de produire des copies identiques des médicaments biologiques en raison de leur mode de fabrication, on ne peut pas parler de médicaments génériques ni même de médicaments biogénériques. Le terme approprié est médicament biosimilaire puisqu’un tel médicament ne peut être que similaire et non pas identique au médicament d’origine. Au Canada, le terme officiel utilisé pour désigner un médicament biosimilaire est « produit biologique ultérieur » ou « PBU ».

Les médicaments biosimilaires sont-ils des versions génériques des médicaments biologiques d’origine?

Non. Les médicaments biosimilaires sont semblables, mais pas identiques aux médicaments biologiques d’origine. Cela vient du fait que le groupe de cellules utilisées pour produire les médicaments (lignée cellulaire), la molécule médicamenteuse et le processus de fabrication sont différents.

Au Canada, les fabricants de médicaments biosimilaires doivent démontrer à Santé Canada la similarité de leur produit et du médicament biologique d’origine et que les bienfaits de leur produit l’emportent sur les risques. La monographie des produits biologiques ultérieurs doit être différente de celle des médicaments biologiques d’origine.

Est-ce que la différence entre un médicament biosimilaire et le médicament biologique d’origine a une incidence sur moi et sur mes soins?

Oui. Les médicaments biologiques d’origine et les médicaments biosimilaires peuvent agir différemment dans votre organisme et vous pourriez présenter des effets secondaires différents.

Comme les versions d’origine et biosimilaires ne sont pas identiques, il est important de demander à votre médecin des précisions sur l’ordonnance pour savoir quel médicament il vous prescrit.

Santé Canada n’appuie pas la substitution automatique en pharmacie, c'est-à-dire le remplacement d’un médicament biosimilaire par un médicament biologique d’origine.

Pour en savoir plus sur les médicaments biosimilaires, visitez :

Santé Canada
www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/brgtherap/applic-demande/guides/seb-pbu/01-2010-seb-pbu-qa-qr-fra.php

Alliance for Safe Biologic Medicines (États-Unis)
www.safebiologics.org

Avertissement 

L’information contenue sur ce site Web ne doit pas remplacer les conseils fournis par un médecin ou les traitements prescrits; elle ne doit pas être utilisée pour poser un diagnostic ou traiter une maladie ou un problème de santé. Consultez votre professionnel de la santé si vous avez des questions au sujet de votre état de santé, de vos symptômes ou des traitements à votre disposition. Les informations de cette sections peuvent être référencées à l'adresse suivante: www.dermatology.ca/fr.