Vous êtes sur le point de quitter un site Web d’AbbVie Canada dont la maintenance est assurée par Corporation AbbVie.

Ce lien vous a été fourni uniquement pour plus de commodité. Corporation AbbVie n’assume aucune responsabilité pour ce qui est du contenu de tout site Web offert par un tiers et ne fait aucune déclaration pour ce qui est de l’exactitude ou de l’intégralité des renseignements contenus sur ce site ou d’autres sites.

Désirez-vous continuer?

Oui Non

Vous êtes ici

Identifiant ClinicalTrial.gov : NCT00406809

Étude sur l’ABT-263 chez des sujets présentant des tumeurs lymphoïdes récidivantes ou réfractaires au traitement

    État Étude en cours, recrutement terminé
    Maladies liées
    Leucémie chronique lymphoïde
    Tumeurs lymphoïdes
    Lymphome non hodgkinien Lymphome folliculaire
    Lymphome à cellules du manteau
    Lymphome T périphérique

Données sur le recrutement

81 patients

Phases : 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
Type d’étude :  Interventionnelle

Il s’agit d’une étude clinique de phase II.

Numéro de protocole
M06-814

Court résumé

Haut

La phase I de l’étude évalue le profil pharmacocinétique et l’innocuité de l’ABT-263. Son objectif était de définir les effets toxiques qui limitent la posologie et la dose maximale tolérée chez des sujets présentant des tumeurs lymphoïdes. La phase IIa de l’étude évalue des doses croissantes d’ABT-263. La dose peut être augmentée jusqu’à la dose recommandée définie pour la phase II, de façon à obtenir des données additionnelles sur l’innocuité et à permettre une évaluation préliminaire chez les sujets présentant des tumeurs lymphoïdes. La phase de prolongation de l’étude vise à permettre aux sujets de la phase IIa participant toujours à l’étude 1 an après l’inscription du dernier patient et à ceux qui participent à l’étude depuis environ 1 an, de poursuivre le traitement par l’ABT-263 tout en subissant des évaluations moins fréquentes dans le cadre de l’étude. Les sujets de la phase de prolongation continueront à recevoir le médicament à l’étude pendant jusqu'à 3 ans après le passage du dernier patient à la phase de prolongation, ou jusqu’à ce que la progression de la maladie ou un effet toxique exige l’interruption du traitement (selon ce qui survient en premier).

Attributs des participants :
  • Homme et femme
  • Âgés de 18 ans à 99 ans

Canada: 1

0
Edmonton, AB
Vous voulez en savoir plus sur cette étude clinique?

Méthodologie de l'étude

  • Méthode utilisée pour répartir les participants dans l’un des groupes de traitement d’une étude clinique; par exemple, avec répartition aléatoire (assigné par hasard) comparativement à sans répartition aléatoire.
    ?

    Distribution

    Sans répartition aléatoire

  • Résultat précis que le protocole de l’étude vise à évaluer – comme la survenue d’une maladie, d’un symptôme, d’un signe ou d’une anomalie dans les analyses de laboratoire
    ?

    Critères des paramètres d’évaluation

    Innocuité/efficacité

  • Dans ce type d’étude, les participants subissent une ou plusieurs interventions médicales (ou parfois aucune), afin que les chercheurs puissent évaluer les effets des traitements. Le protocole de l’étude détermine la répartition des traitements. Les patients reçoivent leur traitement et sont soumis à d’autres types d’intervention, comme des radiographies. La plupart des études de phase I à III, et à l’occasion de phase IV, sont des études interventionnelles.
    ?

    Modèle d’intervention

    Un seul groupe

  • Méthodologie générale décrivant la stratégie pour repérer et suivre les participants durant les études observationnelles.
    ?

    Mode ouvert ou à l’insu

    Ouvert

  • C’est la principale raison pour laquelle on mène l’étude clinique. Les raisons peuvent être, entre autres, le traitement, la prévention, les progrès en matière de diagnostic, les soins de soutien, le dépistage ou la recherche sur les services de santé.
    ?

    Objectif

    Traitement

  • Diagnostics :

    • 1a/1b - tumeur lymphoïde
    • 2a, groupe A - lymphome folliculaire
    • 2a, groupe B - lymphome du manteau, lymphome T cutané ou périphérique, y compris mycose fongoïde et syndrome de Sézary ou autre lymphome B indolent tel le lymphome de la zone marginale
      • Sujets ayant déjà reçu au moins 1 chimiothérapie (P1a/1b) et ayant présenté une récidive ou une maladie réfractaire (P2a)
      • Indice fonctionnel de l'Eastern Cooperative Oncology Group (ECOG) de ≤ 1
      • Résultats de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou de la tomodensitométrie négatifs pour un hématome épidural ou sous-dural dans les 28 jours précédant la première dose, si un tel examen est indiqué sur le plan clinique
      • Dose stable d'un antidépresseur de la classe des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) pendant au moins 21 jours avant l'administration de la première dose
      • Fonction médullaire adéquate, indépendamment de tout soutien en matière de facteur de croissance (sauf en cas de moelle osseuse gravement infiltrée (80 % ou plus) :
    • Nombre absolu de neutrophiles (NAN) ≥ 1 000/µL
    • Plaquettes ≥ 100 000/mm3 (le nombre à l'admission doit être indépendant de toute transfusion dans les 14 jours précédant la sélection)
    • Hémoglobine ≥ 9,0/dL
    • Coagulation ainsi que fonctions rénale et hépatique adéquates :
    • Créatinine sérique ≤ 2,0 mg/dL ou clairance de la créatinine calculée ≥ 50 mL/min
    • Aspartate aminotransférase (AST) et alanine aminotransférase (ALT) ≤ 3,0 x la limite supérieure de la normale (LSN)
    • Bilirubine ≤ 1,5 x LSN
    • Chez les sujets atteints du syndrome de Gilbert : bilirubine > 1,5 × LSN
    • Coagulation : temps de céphaline activé et temps de prothrombine ne devant pas excéder 1,2 x LSN
      • Les femmes doivent avoir subi une stérilisation chirurgicale, être ménopausées depuis au moins 1 an, ou présenter un résultat négatif au test de grossesse réalisé au moment de la sélection à partir d'un échantillon de sérum obtenu dans les 14 jours précédant la dose initiale, ainsi qu'un résultat négatif au test de grossesse urinaire réalisé avant l'administration du médicament à partir d'un échantillon d'urine obtenu au jour 3 du cycle 1 (P1a) ou au jour 1 de la phase préliminaire (P1b, P2a) si > 7 jours se sont écoulés depuis le test sérique.
      • Les femmes qui n'ont pas subi de stérilisation chirurgicale ou qui ne sont pas ménopausées depuis au moins 1 an et dont le partenaire n'a pas subi une vasectomie doivent utiliser une méthode de contraception.
      • P2a seulement : en cas de greffe autologue de cellules souches, greffe datant de > 6 mois et fonction médullaire adéquate indépendamment de tout soutien en matière de facteur de croissance, selon les valeurs de référence suivantes pour les analyses de laboratoire au moment de la sélection :
    • Nombre absolu de neutrophiles (NAN) ≥ 1 500/µL
    • Plaquettes ≥ 125 000/mm3 (le nombre à l'admission doit être indépendant de toute transfusion dans les 14 jours précédant la sélection)
    • Hémoglobine ≥ 10,0/dL
      • Maladie mesurable selon les critères du International Working Group (IWG)/National Cancer Institute- sponsored Working Group (NCI-WG)
      • Respect d'au moins un des critères pharmacodynamiques suivants (P2a) :
    • Échantillon de tissu tumoral archivé, fixé au formol et enrobé de paraffine (FFEP), ayant servi au diagnostic, en l'absence de traitement d'intervention depuis la biopsie
    • Biopsie au trocart du ganglion lymphatique cancéreux, ou
    • Aspirats ou carottes positifs pour le lymphome

    Critères d'admission à la phase de prolongation (phase 2a) - Les sujets admis à la phase de prolongation doivent continuer à répondre à l'ensemble des critères d'admission et d'exclusion, à l'exception du critère d'admission concernant la maladie mesurable selon les critères du International Working Group (IWG)/National Cancer Institute- sponsored Working Group (NCI-WG) et du critère d'admission concernant les paramètres de laboratoire pour l'hématologie, la coagulation et la biochimie. Les sujets admis à la phase de prolongation doivent également présenter des résultats stables aux analyses de laboratoire, selon les valeurs de référence applicables. De plus, les sujets doivent aussi répondre aux critères suivants :

    • Sujets devant respecter les critères suivants pour les analyses de laboratoire sur l'hématologie et la coagulation :
      • Nombre de plaquettes ≥ 25 000/mm3 (sans transfusion). Les sujets ayant un nombre de plaquettes ≤ 50 000/mm3 doivent être stables et faire l'objet d'une surveillance plus fréquente, à la discrétion du chercheur.
      • Nombre absolu de neutrophiles (NAN) ≥ 500/µL. Les sujets ayant un NAN ≥ 500/µL et < 1 000/µL doivent faire l'objet d'une surveillance plus fréquente, à la discrétion du chercheur.
      • Hémoglobine ≥ 8,0 g/dL
      • Temps de céphaline activé et temps de prothrombine ne devant pas excéder 1,2 x LSN
    • Valeurs de biochimie ne devant pas excéder le grade 2. Les sujets ayant des résultats de grade 2 aux analyses biochimiques doivent faire l'objet d'une surveillance plus fréquente, à la discrétion du chercheur. Les sujets doivent également répondre aux critères suivants :
      • Créatinine sérique ≤ 3,0 x LSN, selon les valeurs de référence de l'établissement. *AST et ALT ≤ 5,0 x LSN, selon les valeurs de référence de l'établissement.
      • Bilirubine ≤ 3,0 x LSN. Chez les sujets atteints du syndrome de Gilbert, une bilirubine > 3,0 × LSN est autorisée si le chercheur et le moniteur d'Abbott l'autorisent.
    • Maladie du système nerveux central (SNC) liée au cancer soupçonnée ou documentée, lymphoïde ou non lymphoïde
    • Antécédents de greffe autologue ou allogénique de cellules souches
    • Trouble hémorragique sous-jacent ou affection prédisposant aux saignements, ou présence de signe de saignements significatifs sur le plan clinique
    • Antécédents récents de saignements thrombocytopéniques non consécutifs à la chimiothérapie au cours de l'année précédant la première dose
    • Ulcère gastroduodénal évolutif ou autre œsophagite/gastrite hémorragique
    • Purpura thrombocytopénique idiopathique évolutif ou antécédents de résistance aux transfusions plaquettaires au cours de l'année précédant la première dose
    • Antécédents significatifs de maladie cardiovasculaire, rénale, neurologique, psychiatrique, endocrinologique, métabolique, immunologique ou hépatique
    • Femmes enceintes ou qui allaitent
    • Séropositifs pour le virus de l'immunodéficience humaine (VIH)
    • Antécédents d'un autre cancer évolutif au cours des 3 dernières années (P1a/1b) ou des 5 dernières années (P2a), à l'exception d'un cancer in situ du col de l'utérus traité adéquatement, d'un carcinome basocellulaire ou d'un carcinome malpighien, d'un carcinome in situ de la vessie ou d'une tumeur maligne localisée et réséquée par chirurgie à visée curative
    • Signes d'un autre trouble significatif sur le plan clinique incluant, mais non de façon exclusive, une infection fongique généralisée évolutive; diagnostic de fièvre et de neutropénie dans la semaine précédant l'administration du médicament à l'étude
    • Corticothérapie à visée antinéoplasique au cours des 7 jours précédant la première dose du médicament à l'étude
    • Tout traitement anticancéreux, incluant chimiothérapie, immunothérapie, radiothérapie, hormonothérapie ou traitement expérimental, au cours des 14 jours précédant la première dose du médicament à l'étude, ou sujet dont un effet indésirable significatif/effet toxique lié au traitement antérieur n'a pas atteint un grade < 2
    • Traitement par un agent biologique au cours des 30 jours précédant l'administration de la première dose
    • Traitement en cours ou nécessaire par un anticoagulant ou tout médicament ou supplément à base de plante médicinale qui influence la fonction plaquettaire, à l'exception d'un traitement anticoagulant à faible dose utilisé pour assurer la perméabilité d'un cathéter veineux central
    • Prise d'aspirine au cours des 7 jours précédant l'administration de la première dose du médicament à l'étude et pendant l'administration de l'ABT-263
    • Consommation de jus de pamplemousse ou de produits contenant des extraits de pamplemousse au cours des 3 jours précédant l'administration de la première dose du médicament à l'étude
    • P1a/1b seulement : diagnostic de syndrome lymphoprolifératif post-greffe, de lymphome de Burkitt, de lymphome de type Burkitt, de lymphome associé au VIH, de lymphome lymphoblastique, de leucémie ou de myélome multiple
    • Sujets ayant reçu des inhibiteurs du CYP3A (p. ex., kétoconazole, clarithromycine) dans les 7 jours précédant l'administration de la première dose d'ABT-263 (P2a)
    • Sujets ayant déjà présenté un effet toxique significatif associé à la prise d'un autre inhibiteur des protéines de la famille Bcl-2 (P2a)

Plus sur cette étude

Clinical Trials.gov