Vous êtes sur le point de quitter un site Web d’AbbVie Canada dont la maintenance est assurée par Corporation AbbVie.

Ce lien vous a été fourni uniquement pour plus de commodité. Corporation AbbVie n’assume aucune responsabilité pour ce qui est du contenu de tout site Web offert par un tiers et ne fait aucune déclaration pour ce qui est de l’exactitude ou de l’intégralité des renseignements contenus sur ce site ou d’autres sites.

Désirez-vous continuer?

Oui Non

Vous êtes ici

À qui d’autre devriez-vous en parler?

Les personnes que vous pourriez avoir exposées au virus de l’hépatite C 
Dans la mesure où il est possible de le faire, vous devriez dire aux personnes que vous pourriez avoir exposées au virus de l’hépatite C que vous êtes infecté. Il peut s’agir d’une personne avec qui vous avez partagé une aiguille ou une paille lors d’une prise de cocaïne ou encore avec qui vous avez, ou avez eu, des relations sexuelles, avec ou sans condom.

Il est important de le faire le plus tôt possible, afin que ces personnes puissent passer un test de dépistage aussi. En cas de résultat positif, elles peuvent obtenir des soins médicaux immédiatement et prendre les précautions nécessaires pour éviter de transmettre le virus à d’autres.

On comprend aisément qu’il soit difficile de révéler à d’autres qu’on est atteint d’une maladie infectieuse. Personne n’aime être le porteur d’une nouvelle potentiellement mauvaise ou inquiétante. Vous pourriez aussi craindre qu’une fois au courant, certains vous traitent différemment, vous rejettent ou même vous blâment de leur avoir transmis l’infection. Ces craintes sont tout à fait normales, mais la révélation de votre situation est une décision très importante qui doit fait l’objet d’une profonde réflexion.

Si vous n’arrivez pas à dire à quelqu’un que vous l’avez peut-être exposé au virus de l’hépatite C, demandez à l’infirmière ou au médecin traitant s’ils peuvent vous aider. Il arrive qu’ils puissent aviser la personne de passer un test de dépistage, sans nommer leur patient.

Assurance médicale 
Selon votre situation personnelle, vous pouvez décider s’il est préférable ou non d’informer votre compagnie d’assurance que vous êtes atteint d’hépatite C. Généralement, dans le cas d’un contrat d’assurance qui concerne la santé, l’assureur exigera probablement que vous l’informiez de tout changement dans votre état de santé. Si votre police est renouvelée sur une base annuelle, comme c’est le cas avec une assurance médicale privée, vous devrez probablement informer l’assureur de votre infection par le HVC, sinon vous courez le risque de voir votre contrat s’annuler automatiquement. Tout renseignement que vous fournissez fait partie d’un contrat légal. Des renseignements inexacts ou frauduleux peuvent invalider l’entente. Cela pourrait, bien sûr, avoir des répercussions négatives sur votre vie. 

Avant de révéler votre état relatif au VHC, lisez toujours le texte en petits caractères de vos polices d’assurance ou de toute nouvelle entente contractuelle que vous êtes sur le point de signer. Vous pouvez également contacter la compagnie d’assurance de façon anonyme et leur demander ce qui arrive si on communique ce renseignement.

Si votre police d’assurance maladie est liée à votre contrat d’emploi, vous devrez vérifier si vous êtes obligé de communiquer ce renseignement, ou de faire les ajustements nécessaires à votre police d’assurance, par l’entremise de votre employeur ou si vous pouvez le faire directement auprès de la compagnie d’assurance.  

Les personnes qui pourraient être en contact avec votre sang 
Même si vous n’êtes pas obligé de le faire, il est approprié et conforme à l’éthique de prévenir les personnes qui pourraient entrer en contact avec une quantité même infime de votre sang (comme le dentiste, l’acupuncteur, l’esthéticienne, etc.) que vous êtes atteint d’hépatite C. Cela leur permettra de prendre des précautions supplémentaires si elles le jugent nécessaire. De votre côté, vous pouvez leur demander de porter des gants de latex, d’être extrêmement prudent avec les instruments tranchants, etc., conformément aux bonnes pratiques. Aujourd’hui, dans de nombreux milieux, il est considéré comme normal et professionnel de prendre de telles précautions, votre demande ne serait donc pas déplacée. Une barrière de protection fonctionne dans les deux sens – vous pourriez tout aussi bien avoir besoin d’être protégé de leur sang.

Votre employeur 
Vous n’êtes pas obligé de dire à votre employeur que vous avez une infection par le VHC. Si vous devez vous absenter du travail, vous n’avez pas à préciser que c’est en raison des symptômes ou des traitements de l’hépatite C. Par contre, vous pouvez quand même décrire les symptômes dont vous souffrez (comme la fatigue, les douleurs musculaires, la dépression) ou demander un congé pour un rendez-vous médical. Si votre employeur exige un certificat médical pour justifier vos absences, votre médecin pourrait être disposé à motiver vos absences sans en révéler la cause.

Il est également important de savoir qu’une personne ne devrait pas être exclue d’un emploi, de l’école, d’une activité, d’un service de garde ou autres milieux parce qu’elle est atteinte d’hépatite C. Il n’existe aucune preuve que l’on puisse contracter l’hépatite C en côtoyant des personnes qui manipulent des aliments, des professeurs ou d’autres fournisseurs de services en l’absence de contact sanguin.